Les héritiers en ligne directe

Les héritiers ligne directe sont les premiers dans l’ordre de succession d’une personne décédée.

Liés au défunt par le sang de manière ascendante ou descendante, ou encore liés par le mariage, ils bénéficient, - selon la situation familiale du défunt - d’une part (ou plus) de la réserve d’héritage en qualité d’héritiers légitimes.

Pour savoir qui est considéré comme héritier ligne directe, pour connaitre les droits de chacun ainsi que les priorités existant au sein même de cette catégorie d’héritiers, lisez ce qui suit.

 
Besoin d’un avocat en succession ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

 

Les descendants

Les descendants sont, comme leur nom de l’indique, les personnes qui descendent directement d’une autre personne.

Il existe des degrés de descendance : les enfants sont des descendants au premier degré, les petits-enfants sont des descendants au second degré etc.

Les descendants au premier degré, qu’ils soient naturels ou adoptés, sont considérés comme héritiers réservataires, c'est-à-dire qu’ils disposent automatiquement d’une part d’héritage de leurs parents. Ils sont prioritaires sur la succession du parent décédé.  

Un parent décédé ne peut pas priver l’un de ses enfants d'héritage à cause du statut d’héritier réservataire dont il bénéficie. Cela signifie que tout enfant hérite d’au moins une partie des biens laissés par ses parents.

Bon à savoir : un enfant adopté est considéré comme héritier réservataire de ses parents adoptifs, mais pas de ses grands-parents adoptifs.

Les ascendants

Les ascendants constituent la lignée montante d’une personne : il s’agit donc de ses parents, de ses grands-parents, et de ses arrière-grands-parents.

Les ascendants ne peuvent pas être considérés comme héritiers réservataires si la personne défunte a des descendants.

Dans le cas où le défunt n’a aucune descendance, ce sont ses ascendants qui héritent. Les parents sont alors les héritiers prioritaires  de la personne décédée. Le patrimoine du défunt est partagé de manière équitable entre les deux parents.

Remarque : si le défunt laisse à la fois des parents et des frères et sœurs, le patrimoine est partagé à moitié entre les parents et à moitié entre les frères et sœurs.   

Le conjoint survivant

Le conjoint survivant n’est considéré comme héritier réservataire qu’en cas d’absence de descendants.

Si les parents du défunt sont toujours en vie, le conjoint survivant reçoit la moitié du patrimoine, - à égalité avec les parents.

La totalité de l’héritage revient au conjoint survivant si le défunt n’a plus ni ascendants ni descendants.   

N.B : même en présence de descendants, le conjoint survivant peut recevoir une part d’héritage si cela correspond aux volontés inscrites sur le testament du défunt.