Le guide complet sur les vérités de la violence conjugale

La violence conjugale est multiforme. Souvent taboue, les chiffres sont pourtant là pour en rappeler son ampleur.

Voici un mini-guide sur la violence conjugale.

Violence conjugale, qu'est ce que c'est ?

La violence conjugale désigne les actes de violence commis, au sein d’un couple, par l’un des conjoints sur l’autre.

Il y a violence conjugale dès lors qu’un des conjoints exerce une violence sur l'autre. Et ce quelque soit le statut de la conjugalité : mariage, union libre, pacs, concubinage…

 
Besoin d’un avocat - violence conjugale ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

La violence conjugale peut prendre la forme d’actes isolés, qui ne se reproduisent pas, ou bien d’actes répétés, habituels.

Souvent, on réduit la violence à la violence conjugale physique (aux coups et blessures). En réalité, il existe de nombreux types de violence conjugale.

La violence conjugale psychologique est une forme de violence bien réelle. Les violences psychologiques les plus fréquentes sont les humiliations, le harcèlement, les menaces, les injures etc.

Important : la violence psychologique est tout aussi réelle, et donc punissable, que la violence physique.

La violence peut également être une violence conjugale de nature sexuelle. C’est le cas notamment lorsque l’un des conjoints harcèle sexuellement son conjoint, ou en cas de viol au sein du couple.

Le contrôle paranoïaque des dépenses ou la privation de revenus (lorsque par exemple le mari prive son épouse au foyer des revenus du ménage) sont des actes qui appartiennent également à la catégorie des violences conjugales.

On parle dans ces cas-là de violence économique.

Les conséquences des violences conjugales peuvent être dramatiques pour les victimes : effondrement psychologique, blessures graves, suicide, homicide.

D’où l’importance de bien connaître ce phénomène pour mieux le combattre.

Les violences conjugales en France : les chiffres

Chaque année, ce sont entre 100 et 200 personnes qui décèdent des suites de violences conjugales.

La grande majorité de ces victimes tuées sont des femmes. Autrement dit, une femme meurt tous les 2 ou 3 jours en moyenne à cause des violences conjugales.

La moitié des victimes qui décèdent à la suite de violence conjugale avaient déjà subi des agressions au sein de leur couple (violences répétées et habituelles).

Selon certaines études, une femme sur dix aurait déjà été victime de violences conjugales au cours de son existence. C’est surement le chiffre le plus percutant, qui montre le mieux l’importance du phénomène.

Chaque année, entre 1000 et 1200 viols conjugaux sont déclarés aux services de police et de gendarmerie. Dans la très grande majorité des cas, l’auteur du viol est un homme (plus de 90% des cas).

Remarque : les viols de la femme sur l’homme ne sont pas un mythe, mais sont toutefois très minoritaires.

Les violences conjugales non mortelles (coups et blessures) déclarées sont en moyenne au nombre de 60 000 chaque année – dont 50 000 occasionnées par des hommes à l’encontre de femmes.

En cas de violence conjugale : comment se protéger ?

Il y a deux solutions qui s’offrent à vous si vous êtes victime de violence conjugale : rester chez vous ou bien quitter le domicile conjugal.

Vous pouvez souhaiter rester chez vous, pour différentes raisons. Dans ce cas, voici une série de conseils simples. Tout d’abord, mémorisez bien les numéros d’urgence consacrés aux violences conjugales.

Le plus important est le 3919, réservé aux victimes de violences conjugales. Le numéro pour prévenir les forces de l’ordre : le 17. Le 15 permet de contacter le SAMU et le 18 les pompiers.

Il est important d’être bien entouré lorsque vous êtes victime de violence conjugale. Cherchez du soutien auprès de vos proches, de vos amis, des membres e votre famille.

Ils sauront vous conseiller et vous permettront de sortir de votre solitude. Vous pouvez entrer en contact avec des associations qui sauront vous soutenir et vous aider dans la prise de décision.

Prévenez également les voisins, même si cela n’est pas forcément facile. Vous pouvez convenir avec eux d’un plan d’action en cas de nouvelle agression de la part de votre conjoint.

Prévenez aussi vos enfants et donnez leur des consignes à appliquer en cas de nouvelle agression : appeler la police, sortir de la maison, se réfugier chez les voisins etc.

Pensez à bien repérer et mémoriser les moyens de sécurité et de défense à votre disposition ; les portes avec verrous, l’emplacement des clés pour fermer des portes à clé, l’emplacement des armes blanches etc.

Enfin, il est important de prévoir un départ en urgence. Vous devez avoir à tout moment près de vous les copies des documents importants (papiers d’identité, portefeuille etc.).

Attention ! Si les violences se répètent ou s’aggravent, vous devez quitter le domicile conjugal avec vos enfants s’il y en a.