Auto entrepreneur : ce qu'il faut savoir sur ce statut

Le statut d’auto entrepreneur séduit un grand nombre de personnes, du fait de sa grande souplesse. Il permet à quiconque (salarié, demandeur d’emploi, étudiant, retraité…) de lancer rapidement et en toute simplicité son activité indépendante. Les régimes sociaux et fiscaux de l’auto entreprise sont particulièrement avantageux.

Auto entrepreneur : définition

Un auto entrepreneur est une personne qui relève du régime de l’auto entreprise. Ce régime est entré en vigueur en 2009 et a tout de suite rencontré un grand succès. Aujourd’hui, plus de la moitié des créations d’entreprises dépendent de ce régime.

Une auto entreprise a le statut d’entreprise individuelle. Dit autrement : une auto entreprise, c’est une entreprise individuelle qui bénéficie d’un régime social et fiscal particulier.

Le régime social et le régime fiscal de l’auto entreprise sont à la fois simples et avantageux. Les cotisations sociales sont calculées en fonction du chiffre d’affaires et payées au moment des déclarations d’activité mensuelles ou trimestrielles.

Ces déclarations sont le plus souvent effectuées directement sur internet. Pour un chiffre d’affaires donné, un auto entrepreneur paie beaucoup moins de charges sociales qu’un dirigeant de société.

 
Besoin d’un avocat en création d'entrepriseUn avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Les revenus d’un auto entrepreneur sont assujettis à l’impôt sur le revenu. Il est aussi possible d’opter pour le prélèvement libératoire, ce qui permet de payer ses charges fiscales en plusieurs fois et en même temps que ses charges sociales.

Tout le monde peut crée une auto entreprise : salariés, chômeurs, étudiants, retraités, fonctionnaires (avec certaines conditions pour les fonctionnaires). Pour pouvoir bénéficier du régime fiscal et social avantageux de l’auto entreprise, vous devez respecter des plafonds de chiffre d’affaires :

  • 82 200 euros pour la vente de marchandises
  • 32 900 euros pour les activités de prestations de services.

Bon à savoir : les auto entrepreneurs sont affranchis de TVA.

Quelles sont les procédures pour devenir auto entrepreneur ?

Les deux grands avantages du régime de l’auto entreprise sont à la fois la simplicité des régimes sociaux et fiscaux appliqués et la simplicité du lancement de l’activité. Il est très facile de créer une auto entreprise et de devenir auto entrepreneur.

Vous devez suivre plusieurs étapes : tout d’abord, vous connecter sur le site www.lautoentrepreneur.fr et compléter un formulaire de début d’activité.

Ce formulaire-déclaration, une fois complété, doit être transmis au CFE dont vous dépendez. Vous recevrez un numéro de SIRET de la part de l’INSEE par courrier postal.

Vous n’aurez plus qu’à revenir sur  www.lautoentrepreneur.fr pour vous inscrire. Votre activité peut commencer !

Quels sont les coûts pour la création d’une auto entreprise ?

Les formalités de création d’une auto entreprise sont entièrement gratuites. Vous n’avez pas besoin de rédiger des statuts par exemple.

Par contre, évidemment, vous devrez payer des charges sociales et fiscales en fonction des revenus tirés de votre auto entreprise. Le régime fiscal est abordé plus bas. Pour le régime social, comme cela a été dit, vos charges sociales sont calculées en fonction de votre chiffre d’affaires.

Ce qui signifie concrètement que vous ne paierez aucunes charges en cas de chiffre d’affaires nul.

N. B. Le montant des charges sociales est prélevé par les URSSAF pour le compte du RSI. Les auto entrepreneurs cotisent tous obligatoirement au RSI.

Pour aller plus loin, lire la fiche « Coûts auto entreprise ».

Quel est le régime fiscal d’un auto entrepreneur ?

Le régime fiscal de l’auto entreprise est celui de la micro-entreprise. Les revenus des auto entrepreneurs sont imposés par l’intermédiaire de l’impôt sur le revenu, et non de l’impôt sur les sociétés.

Le montant imposé sur le revenu correspond au chiffre d’affaires réalisé après un abattement forfaitaire. Cet abattement est destiné à prendre en compte les charges professionnelles que vous pouvez avoir : le chiffre d’affaires ne correspond en effet presque jamais au revenu dégagé.

L’abattement est de 71% pour les activités d’achat-revente et de fourniture de logement, de 50% pour les autres activités BIC et de 34% pour les activités de prestations de services.

Remarque : l’abattement est plus important pour les activités commerciales, parce que les charges des commerçants sont en général plus grandes que les charges des prestataires de service (notamment à cause des achats).

Sous certaines conditions, il est possible d’opter pour le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu. Si vous bénéficiez de ce mode de prélèvement, vous paierez vos impôts en même temps que vos charges sociales (par prélèvements mensuels ou trimestriels, selon votre choix).

Le montant de l’impôt sur le revenu prélevé sera, comme les charges sociales, calculé en fonction de votre chiffre d’affaires (2% du CA en moyenne).

Pour en savoir plus sur le régime fiscal des auto entrepreneurs et sur le mode de prélèvement libératoire, lire la fiche « Régime social et régime fiscal auto entrepreneur ».

A-t-on besoin d’un expert comptable en étant auto entrepreneur ?

En étant auto entrepreneur, vous n’êtes pas dans l’obligation de tenir une comptabilité. Par contre, vous pouvez faire appel à un expert comptable pour demander conseil et trouver des réponses à vos questions concernant la création ou le développement de votre auto entreprise.

En vérité, c’est rarement nécessaire. Comme on l’a dit, le statut d’auto entrepreneur est très simple, à la fois en ce qui concerne les modalités de création de l’entreprise et les régimes sociaux et fiscaux appliqués.

Conseil : si vous êtes auto entrepreneur et que vous souhaitez évoluer vers le statut de société EURL, par exemple, il peut être utile de demander conseil à un expert-comptable. Les démarches de changement à réaliser sont en effet assez complexes.