Durée d'arrêt maladie : ce qu'il faut savoir

La durée d'un arrêt maladie est une période de congé, permettant de se soigner d'une maladie liée ou non à votre travail, laquelle vous rend incapable de remplir à bon escient, les tâches qui vous sont assignées.

Qu'il s'agisse d'un burn-out, d'une dépression ou d'un cancer, vous avez besoin d'un arrêt maladie, afin de vous traiter convenablement.

Cela passe par un commun accord entre votre médecin traitant, votre médecin du régime d'assurance-maladie, votre médecin du travail et votre employeur.


Durée maximum d'un arrêt maladie

La durée d'un arrêt maladie varie suivant le type d'affection et de la durée du traitement. Souvent, c'est votre médecin traitant qui vous fournit un arrêt maladie, composé de deux volets.

Aussi importants qu'ils soient, ces volets permettront à votre employeur et à votre régime d'assurance de déterminer la pertinence de la maladie.

On distingue diverses catégories d'affections, c'est donc à votre médecin traitant d'évaluer la durée maximum, pour laquelle vous devez vous traiter.

On ne peut également pas évaluer une durée maladie sans déterminer les indemnités journalières de maladie ; nécessité oblige.

 
Besoin d’un avocat en droit du travail ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252


Ainsi, votre médecin traitant évaluera votre état de santé et décidera de la durée maximum de l'arrêt maladie. Pour les maladies ordinaires, le délai ne dépassera pas 6 mois. Pour les affections de longue durée (ALD), cette durée est généralement de 3 ans. Elle peut varier, au vu de la gravité de l'affection.

Durée d'un arrêt maladie en cas de burn-out

Trouble psychique prenant sa source dans un stress persistant, le burn-out aussi connu sous le nom d'épuisement professionnel, est une maladie qui se développe souvent en milieu professionnel.

En cas de vulnérabilité à certaines conditions de travail jugées décevantes ou sans intérêts, vous verrez naître en vous, des symptômes et des signes anormaux.

Entre autres, une fatigue répétée, des migraines, des insomnies inconditionnelles, mal de dos et autres angoisses persistantes.

Vous avez le sentiment d'être surchargés, et que vos conditions de travail ne répondent pas à vos attentes. Un sentiment d'isolement survient alors.

Certains s'efforceront de controler ce sentiment, mais les circonstances restent inchangées. Leur anxiété se renforce donnant naissance à un épuisement. Elle peut varier, selon la gravité de l'affection.

Quand le médecin diagnostique un burn-out, il préconise à l'intéressé un arrêt maladie d'une courte durée. Cela lui permettra de se préparer au mieux et d'effectuer un retour marqué par un changement notoire.

Une psychothérapie prescrite au patient lui permet d'envisager des mesures imprimant un changement. Les causes de l'épuisement étant décelées, on peut alors librement définir des objectifs concrets. En réalité, la délivrance du burn-out ne réside pas dans le repos.

Durée d'un arrêt maladie pour dépression

Désespérées et démotivées, les personnes concernées se sentent en permanence harcelées et réduites à néant. L'impression de voir sa valeur piétinée et l'exposition à une activité stressante conduit bien souvent au développement d'une dépression.

C'est généralement la conséquence logique à une adaptation compliquée au travail. Bien sûr, le travail peut constituer un facteur stimulateur de la dépression. Il apparaît cependant que certains individus y sont vulnérables, ce qui facilite la survie de la maladie.

Quel qu'en soit son origine, la dépression exige un arrêt maladie et un éloignement temporaire du lieu de travail. Cet arrêt est ordonné par le médecin traitant.

La nature et la gravité de la dépression étant différentes d'un individu à l'autre, fixer une durée déterminée dès les prémices du développement de la dépression peut être un peu prématuré. 

Comme le travail est un facteur de stabilité sociale, le médecin peut faire de l'arrêt, un mi-temps thérapeutique. Cela permet d'éviter un isolement total, qui dans certains cas s'avère contre-productif.

Parfois, le médecin traitant, en coordination avec le reste de l'équipe encadrante, peut être amené à envisager que votre travail peut concourir à la guérison. Ce contexte s'illustre à travers un accord thérapeutique entre donc votre médecin traitant, votre médecin de l'assurance-maladie, le médecin du travail, en accord avec l'employeur.

Dans ce cas, la perception partielle ou totale des indemnités journalières est ouverte.

Durée d'un arrêt maladie en cas de cancer

Reconnue comme une maladie grave et chronique, le cancer est une affection de longue durée (ALD). Elle est marquée par une réduction partielle, voire totale de l'activité professionnelle exercée.

Les personnes touchées par cette forme d'affection, bénéficient d'un arrêt maladie à long terme. D'ordinaire, c'est un arrêt de longue durée, supérieur à 6 mois qui est prescrit.

En ce qui concerne les fonctionnaires, la durée d'un arrêt maladie est évaluée à 3 ans. Durant cette période, l'intéressé perçoit l'intégralité de son salaire et les 2 années complémentaires sont amputées.

Passé ces 3 années, on ne parlera plus d'indemnités. C'est à cette occasion qu'une pension d'invalidité pourra vous être versée si et seulement si votre santé ainsi qu'un bilan médical l'attestent.