Le licenciement pour abandon de poste

Beaucoup de salariés ne connaissent pas encore leurs droits ni leurs devoirs envers leurs employeurs. Sortie injustifiée voire même non autorisée par l’employeur constituent une faute grave.

Des gestes peuvent conduire à un licenciement direct du salarié pour abandon de poste, sauf sous réserve de certaines conditions.

 
Besoin d’un avocat pour un licenciement ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Licenciement pour abandon de poste : définition

L'abandon de poste est un type de licenciemet. Il y a abandon de poste quand un salarié s’absente au bout de 3 à 4 jourssans motifs apparents et sans aucun avis préalable auprès de son entreprise. Toutefois, certaines absences non justifiées peuvent être légitimes : maladie, urgence, problème familial, etc.

Bon à savoir : dans le cas où vous avez quitté précipitamment votre poste de travail suite à un appel d’urgence familiale, vous ne pourrez pas, de ce fait être licencié pour abandon de poste.

Dans le cas contraire, si vous vous êtes absenté de votre travail sans explication ultérieure, ni de réponse aux éventuels courriers de votre employeur, ce dernier peut vous licencier pour abandon de poste.

Il en est de même si vous avez quitté votre travail après avoir déposé une demande d’absence, mais que celle-ci a été refusée par l’employeur.

Ce type de licenciement est qualifié en en licenciement pour faute grave, en raison de la désorganisation de l’activité de l’entreprise suite à votre départ. Toutefois, il ne peut être exécuté que sous certaines conditions.

Licenciement pour abandon de poste : les conditions

Face à une absence injustifiée, votre employeur doit interroger vos proches, votre famille ou vous-même pour tenter de savoir le motif de l’absence. Cela peut se présenter sous plusieurs formes : courrier, mail, téléphone ou en face-à-face.

En l’absence de nouvelles, vous recevrez ainsi, une lettre de mise en demeure dans laquelle il vous demande de regagner votre poste ou de justifier votre absence.

Si à la suite de ce courrier, vous avez pu justifier votre absence, vous ne serez plus exposé à un licenciement pour abandon de poste. En revanche, si vous avez décidez de ne pas répondre à ses sollicitations, vous recevrez une deuxième lettre.

Il s’agit d’une lettre vous convoquant à une demande d'un entretien de licenciement pour faute grave. Celle-ci doit avoir lieu, selon le code du travail (article L1332-4), sous les 2 mois après le constat d’abandon de poste.

Passé ce délai, l’employeur ne pourra plus vous licencier sous prétexte d’un abandon de poste. Le licenciement sera qualifié en licenciement sans cause réelle par les juges. 

Attention ! Il est faut savoir que le conseil de prud’hommes est le seul juge pour qualifier la faute retenue à l’encontre du salarié.

À titre d’exemple, vous avez abandonné votre poste suite à une faute émanant de votre employeur (menace, non-respect du contrat, suspension de salaire, etc.), la faute grave ne peut donc être invoquée par l’employeur.

Licenciement pour abandon de poste : droit au chômage ?

Contrairement à ce que tout le monde pense, un licencié pour abandon de poste bénéficie bel et bien des allocations au chômage. En fait, la convention d’assurance-chômage du 6 mai 2011 ne fait pas de distinction entre les motifs de licenciement.

Cependant, vous devez remplir les critères d’obtention d’allocations

  • Posséder au minimum 610 heures de travail en entreprise ;
  • Avoir effectué ces heures durant les 28 mois antérieurs au terme du contrat, pour les moins de 50 ans ; et durant les 36 mois pour les plus de 50 ans.

Si toutes ces conditions sont remplies, il n’y a aucune raison que Pôle Emploi ne vous verse pas vos droits au chômage, au même titre qu’un salarié privé d’emploi.