Harcèlement scolaire : quelles sont les différentes formes ? que faire ?

Le harcèlement scolaire peut avoir des effets très graves sur les enfants ou les adolescents qui en sont victimes. Quelles sont les différentes formes qu’il peut prendre ? Que faire si votre enfant en est victime ? La réponse dans cet article.

Harcèlement scolaire : définition et état des lieux

Le harcèlement scolaire désigne tous les actes et comportements de harcèlement en milieu scolaire : maternelle, école primaire, collège, lycée.

Il peut prendre des formes très diverses, allant de la moquerie à la violence physique en passant par les humiliations, les mises à l’écart, la propagation de rumeurs fausses et, depuis quelques années, par le cyber-harcèlement. Pour en savoir plus sur cette dernière forme de harcèlement, lire la fiche « Harcèlement sur internet ».

La prise de conscience du harcèlement scolaire, de son importance et de ses conséquences date des années 1970. Le psychologue Dan Olweus a établi trois critères de définition du harcèlement scolaire :

  1. Premièrement, pour qu’il y ait harcèlement scolaire, il faut que l’agresseur agisse de manière volontaire et avec pour dessein délibéré de nuire à sa victime.
  2. Il faut que les actes ou comportements agressifs se répètent dans le temps. Un acte isolé de violence par exemple n’entre pas dans la définition du harcèlement. Nous avons déjà insisté dans la fiche « Harcèlement » sur l’importance de la répétition et de la fréquence dans la définition du harcèlement.
  3. Troisièmement, il faut qu’il y ait une relation inégale, asymétrique, entre l’agresseur et sa victime. Il faut que la victime soit en position d’infériorité, qu’elle ne puisse pas se défendre (ou qu’elle pense ne pas pouvoir se défendre) face à un agresseur dominateur. Ce critère permet d’exclure par exemple les bagarres entre élèves.

Il est important de ne pas réduire le harcèlement scolaire à sa manifestation la plus visible : la violence physique. Le harcèlement scolaire peut prendre la forme d’humiliations ou de moqueries répétées.

L’impact du harcèlement scolaire sur les enfants ou adolescents qui en sont victimes peut être très grave : décrochage scolaire, absentéisme, perte de confiance en soi, anxiété, dépression, agressivité, auto-mutilations, troubles psycho-somatiques (nausées, vomissements, maux de ventre…), voire suicide dans les cas les plus graves. Plus généralement, le harcèlement scolaire peut avoir des conséquences importantes sur le développement social et comportemental de l’enfant.

 
Besoin d’un avocat spécialiste en divorce ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Harcèlement scolaire et parents : que faire ?

Il est rare que les enfants ou adolescents victimes de harcèlement scolaire en parlent d’eux-mêmes à leurs parents. Si vous êtes parent et que vous avez un doute, nous vous conseillons de chercher à aborder la question avec votre enfant. Ne posez pas de questions trop directes. La peur et la honte que ressent votre enfant le poussent à se murer dans le silence. Pour l’inciter à s’exprimer, aborder le sujet de manière indirecte et progressive.

Plutôt que d’essayer d’aller voir le harceleur directement, il est préférable d’entrer en contact avec l’établissement scolaire pour signaler le problème : professeurs, professeur principal, médecin scolaire, infirmier, directeur d’établissement, CPE.

Vous pouvez également chercher à entrer en contact avec les parents du harceleur si vous pensez qu’un dialogue est possible.

 
Besoin d’un avocat spécialiste en divorce ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Si l’établissement scolaire n’est pas en mesure de régler le problème ou si les parents du harceleur refuse de réagir, vous pouvez vous rendre dans un commissariat ou dans une gendarmerie pour déposer une main courante (= signalement). Cette démarche peut permettre dans certains cas de faire avancer les choses (notamment du côté des parents du harceleur).

Pour obtenir plus de conseils, n’hésitez pas à consulter les sites spécialisés, comme celui du ministère de l’éducation nationale : Non au harcèlement. Vous pouvez aussi appeler le 30 20 (Stop Harcèlement).