Vol aggravé : quelles sont les circonstances aggravantes ?

Le vol est un délit puni de peine d’emprisonnement. Les sanctions pénales varient en fonction des circonstances et des modalités du vol (usage d’une arme, bande organisée, dissimulation du visage…). Découvrez les principales circonstances aggravantes et les sanctions associées.

Vol aggravé, définition : ce que dit le Code pénal

Le vol simple est un délit défini par le Code pénal dans l’article 311-1 : « Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui ». Pour en savoir plus sur le vol, lire les fiches "Vol et recel" et "Vol code pénal".

Le vol simple est puni de trois ans de prison et de 45 000 euros d’amende (article 311-3).

Le vol aggravé est un vol commis avec des circonstances aggravantes. Un vol commis avec circonstances aggravantes est plus lourdement sanctionné qu’un vol simple. Plus les circonstances sont graves, plus les sanctions sont lourdes.

 
Besoin d’un avocat spécialiste en divorce ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Vol aggravé : les principales circonstances aggravantes

Il existe de très nombreuses circonstances aggravantes. Celles-ci sont toutes présentées dans les articles 311-4 à 311-11 du Code pénal. Citons-en quelques unes.

Voici des circonstances aggravantes ayant pour conséquence de porter les sanctions à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende :

  • Le vol est commis par plusieurs personnes, sans qu’il s’agisse d’une bande organisée.
  • Le vol est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique (fonctionnaire…) dans l’exercice de ses fonctions.
  • Le vol est commis par une personne qui se fait passer pour une personne dépositaire de l’autorité publique.
  • Le vol est accompagné de violences sur autrui n’ayant pas entraîné d’incapacité totale de travail.
  • Le vol est commis dans un transport en commun ou dans un établissement scolaire.
  • Le vol s’accompagne de destructions, de dégradations ou de détériorations.
  • Le vol a un motif raciste.
  • Le voleur a dissimulé volontairement son visage pour ne pas être reconnu.

Si deux de ces circonstances aggravantes sont réunies, les sanctions sont portées à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Si trois circonstances aggravantes sont réunies ou si le voleur majeur a utilisé des mineurs pour l’exécution du vol, les sanctions atteignent dix ans de prison et 150 000 euros d’amende.

La sanction du vol est de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 euros d’amende si :

  • Le vol a été accompagné de violence sur autrui ayant entraîné une incapacité totale de travail de 8 jours ou plus.
  • Le vol a été commis sur une personne vulnérable et que le voleur en était conscient.
 
Besoin d’un avocat spécialiste en divorce ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Le vol est puni de 15 ans de réclusion criminelle et d’une amende de 150 000 euros :

  • S’il s’est accompagné ou suivi de violences sur autrui ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente.
  • S’il a été commis en bande organisée.

Enfin, la sanction pénale est portée à 20 ans de prison (et 150 000 euros d’amende) si le vol est accompagné ou suivi de violences sur autrui, et de 30 ans de prison s’il a été commis avec usage ou menace d’une arme.