La conduite supervisée

Conduite supervisée : définition

La conduite supervisée est l’équivalent de la conduite accompagnée pour les personnes âgées de plus de 18 ans.

La conduite supervisée permet aux adultes âgés de plus de 18 ans d’accéder à la conduite accompagnée, c’est-à-dire de conduire sans permis en compagnie d’un accompagnateur. Pour rappel, la limite d’âge pour effectuer la conduite accompagnée est de 18 ans.

Elle est réservée aux personnes qui passent le permis B. La conduite supervisée permet à celles et à ceux qui ont échoué lors de l’examen pratique du permis B de mieux préparer la prochaine présentation à l’épreuve.

 
Besoin d’un avocat en droit routier ? Un avocat de notre réseau vous recontacte gratuitement
Être contacté0176505252

Attention à ne pas confondre conduite supervisée, conduite encadrée et conduite accompagnée. Ce n’est pas la même chose !

La conduite supervisée est un dispositif relativement récent, puisqu’il date de 2010.

Conduite supervisée : conditions et modalités

La conduite supervisée est accessible dès l’âge de 18 ans. Pour pouvoir en bénéficier, vous devez être inscrit dans une auto-école et avoir passé le code.

Avant de pouvoir commencer la conduite supervisée proprement dite, il est obligatoire de suivre une formation initiale de 20 heures de conduite auprès de votre auto-école. A la fin de la formation, votre auto-école vous délivre une attestation de fin de formation (AFFI).

Remarque : si vous avez tenté le permis B et avez échoué à l’examen de la conduite, vous n’avez pas besoin de réaliser cette formation initiale de 20 heures. En effet, vous avez déjà passé les 20 heures de conduite minimum. Il vous suffit de demander une autorisation à votre moniteur.

L’accompagnateur doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans, sans interruption (suspension ou annulation). Il possible d’avoir plusieurs accompagnateurs.

Un autocollant ou un magnet « conduite accompagnée » doit figurer à l’arrière gauche du véhicule utilisé. Un livret d’apprentissage vous est remis par l’auto-école.

Ce livret enregistre l’évolution de la conduite supervisée (le nombre de kilomètres effectués notamment). Vous devez l’avoir avec vous en cas de contrôler routier.

Les limites de vitesse en conduite supervisée sont les suivantes :

  • Sur les autoroutes : 110 km/h au lieu de 130 km/h ou 100 km/h au lieu de 110 km/h
  • 80 km/h sur les autres routes
  • 50 km/h en agglomération

Avant de pouvoir commencer la formation pratique, le candidat doit avoir obtenu un accord préalable de la part de l’assureur du véhicule utilisé.

Deux rendez-vous entre le formateur, l’élève et l’accompagnateur doivent obligatoirement avoir lieu : le premier avant de commencer la conduite supervisée, le second en cours de conduite supervisée.

A savoir : la période minimale de conduite supervisée est de 3 mois (contre 1 an pour la conduite accompagnée). L’élève doit par ailleurs parcourir 1 000 km au minimum (contre 3 000 km pour la conduite accompagnée).

Conduite supervisée : avantages

La conduite supervisée est recommandée pour les personnes manquant de confiance en elles et ayant dépassé la limite d’âge pour réaliser une conduite accompagnée (18 ans).

Elle permet un apprentissage moins « stressant » de la conduite. En effet, grâce à la conduite supervisée, vous avez la possibilité de conduire beaucoup plus d’heures et en plus en compagnie d’un proche (un ami ou un membre de la famille).

La conduite supervisée a pour objectif de préparer à l’examen pratique du permis de conduire. Elle augmente considérablement les chances de réussir l’épreuve et donc d’obtenir le permis B.

Enfin, la période sur laquelle s’étale la conduite supervisée est moins longue que celle de la conduite accompagnée (3 mois au minimum, au lieu d’un an), et le nombre de kilomètres inférieur (1 000 au lieu de 3 000). Cela rend la conduite supervisée plus souple que la conduite accompagnée.